Aller à gauche

Catégorie : Histoire et Actualité Postales


LES CARTES IONYL ET LEURS PÉRIPLES.

Rédigé par l'APN.


vendredi 1 décembre 2023

Le catalogue spécialisé des TAAF et de certains territoires du sud de la planète paru récemment, consacre, pour la première fois un chapitre de cotation pour les cartes IONYL oblitérées par des timbres à date des TAAF. C’est l’occasion de s’interroger sur l’origine de ces cartes manifestement publicitaires, que l’on trouve en grand nombre, oblitérées des quatre coins du monde, et pas seulement des TAAF.

Ce sont les dirigeants du laboratoire Biomarine, fondé en 1911, Maurice Heulin et Marcel Bocquet, qui, à partir de la fin des années quarante ont l’idée d’envoyer aux médecins français exerçant partout dans le monde, des cartes vantant les produits de leur fabrication, Ionyl, Plasmarine et Marinol.

Le principe est d’expédier ces cartes à partir de bureaux de Poste de divers pays selon un itinéraire appelé périple. Ce trajet est représenté sur le verso de la première carte de chaque série, qui, le plus souvent en comporte onze.

Périple de 1959/1960: Marinol, Ionyl et Plasmarine en Méditerranée.
Verso de la première carte de la série qui en comporte 9.
Les étapes vont de Gibraltar à Istamboul.


Le premier périple intitulé « Le périple de l’Atlantique de Marinol », en 1947 / 1948, est composé de neuf cartes expédiées de Dieppe, Dakar, Lomé, Douala, Brazzaville, Cayenne, Fort de France, Pointe à Pitre, et Saint Pierre et Miquelon. La première carte, postée de Dieppe, représente au verso l’itinéraire et les étapes du périple.



Première carte de la première édition appelée Le périple Atlantique de Marinol, en 1947-1948.


On notera que les étapes des quatre premiers périples, entre 1947 et 1950, sont situées uniquement dans des pays francophones. Le deuxième périple est intitulé Le tour du monde d’Ionyl, et comprend onze cartes, alors que le troisième périple est des plus simples puisqu’il ne comprend qu’une seule carte postée à Andorre.

Ces cartes sont au format 150x115 mm, format qui change à partir de 1951 en 180x115 mm.


Neuvième et dernière carte du premier périple Atlantique nord de Marinol.
Escale à Saint Pierre et Miquelon auprès des pêcheurs de morue, encore nombreux à cette époque aujourd’hui révolue.


Ionyl repassera par Andorre en 1950
pour sa croisière méditerranéenne.


Cette initiative connait un franc succès dans les milieux philatéliques et cartophiles. La presse de l’époque, notamment « L’échangiste universel » souligne l’intérêt de cette collection « tant par ses timbres que par ses vues ».

Le succès de cette opération va attirer d’autres entreprises soucieuses de promouvoir certaines de leurs marques. On trouve ainsi, à partir de 1951, Amora, les Papeteries d’Arches, les crayons Conté, les poteries Le Tallec, Presto, Alcasedine et Ulseda, Michelin, Poulenc, Belgana, Nestlé, Maggi, et bien d’autres encore !


En 1950-1951, les deux marques Ionyl et Amora proposent le même périple, en Méditerranée.


Ce sont près d’une centaine de campagnes publicitaires qui vont utiliser ce système de périples jusqu’en 1972.

A partir de 1951, les étapes vont s’ouvrir aux pays non francophones, à commencer par Barcelone, Saint Marin, Nicosie, Le Caire, Malte, les Baléares et le Maroc Espagnol.

Ionyl sur les traces de Marco Polo en 1953-1954. Escale à Djibouti.



Périple Maggi-Fridolin en 1958-1959. Escale à Villa Cisneros, Sahara Espagnol.


Les intitulés des périples rivalisent d’originalité et d’invitation au voyage ! Citons :
La côte d’Afrique par les crayons Conté (1952/1953).
Ionyl et Plasmarine dans le sillage de Bougainville (1954/1955).
Michelin dans le sillage de Christophe Colomb aux Indes Occidentales (1955/1956).
Belgana sur les traces de Livingstone (1956/1957).
Amora dans le Grand Nord, sur les traces des Vikings (1957/1958).
Plasmarine, Ionyl. Du Pôle Nord au Pôle Sud.
Nestlé Nescafé en Méditerranée. De Gibraltar à Istamboul (1959/1960).
Maggi Fridolin. Le long de l’Equateur (1960/1961).
Le Tallec. De Dublin à Beyrouth (1962/1963).
Ionyl aux petites Antilles (1964/1965).
Amora. Escales en Europe de l’Est et du Nord (1966/1967).
Amora, le tour du monde (1969/1970).
Amora, le monde en fête (1972).
Amora dans le Grand Nord,
et sur les traces des vikings (1957-1958).






Plasmarine et Ionyl, du Pôle Nord au Pôle Sud. (1958-1959).



Ionyl et Plasmarine dans le sillage de Christophe Colomb
aux Indes occidentales. (1955-1956).

       

La côte occidentale d’Afrique
par Plasmarine et Ionyl. (1961-1962).


Les cartes étaient choisies avec beaucoup de soin, et leur collection constitue donc un très bel ensemble. Elles étaient éditées par la société Publimer créée en 1952. Les cachets à date étaient en général soignés, ce qui ravissait les philatélistes.

A partir de 1966, la diffusion par envoi postaux circulant à découvert de publicités pour des produits pharmaceutiques fut interdite. Ionyl et Plasmarine vont donc cesser leurs campagnes, mais d’autres marques vont continuer jusqu’en 1972, notamment Amora, y compris dans d’autres langues que le Français.
Le développement rapide des messages publicitaires à la télévision va sonner le glas de ce type de campagne promotionnelle, laissant aux philatélistes et cartophiles un champ de recherche souvent insoupçonné.



Escale en Extrême Orient, au Cambodge,
Marinol et Plasmarine. (1964-1965).



Le tour du monde d’Ionyl,
escale à Wallis et Futuna. (1948-1949).

       

Amora dans le sillage de Bougainville
en Nouvelle Calédonie. (1954-1955).

Croisière atlantique de Marinol et Plasmarine (1951-1952).


NB : un seul ouvrage existe recensant les périples de ces cartes ; Il a été publié en 2014 par les éditions Yvert & Tellier.

Il a été réalisé par deux philatélistes de renom : Jean Storch et Bertrand Sinais.